[:fr]

https://www.linkedin.com/pulse/criminalit%C3%A9-en-mer-et-mondialisation-les-faces-sombres-yan-giron

« Pierre Verluise m’a fait l’honneur d’un entretien pour le Diploweb, suite à la parution du dossier Nouvelles criminalités maritimes dans le n°13 de la revue Sécurité Globale en mars 2018. Cette revue, animée par Xavier Raufer, se consacre à un travail considérable d’animation des réflexions stratégiques du monde post guerre froide, et notamment dans le champ criminel. Cet entretien devait être une introduction publique à ce dossier.
Pour autant, par son questionnement pertinent et transversal, Pierre Verluise m’a offert l’opportunité de développer une lecture nouvelle et simplifiée de la problématique. (…) Nous suivons ici les traces du Commissaire Gayraud qui a consacré une énergie importante à la vulgarisation des concepts sur la criminalité terrestre. Mais aussi une ouverture à un ouvrage récent (« Le crime en bleu, essai de Thalassopolitique ») qui est publié par un des auteurs du dossier sur la Nouvelle Criminalité maritime, le Colonel Manet. Je poursuis ainsi, avec cet article, ce dossier et cette problématique, un long travail d’analyste maritime : le ré-examen des déterminants et des nouvelles formes stratégiques maritimes. Ce travail je l’avais engagé avec le décodage des activités des trusts caritatifs qui s’impliquaient sur les océans. (…) »

[:en]

https://www.linkedin.com/pulse/criminalit%C3%A9-en-mer-et-mondialisation-les-faces-sombres-yan-giron

Pierre Verluise gave me the honour of an interview for the Diploweb, following the publication of the Nouvelles criminalités maritimes dossier in the issue 13 of the magazine Sécurité Globale in March 2018. This review, moderated by Xavier Raufer, is devoted to a considerable work of animation of the strategic reflections of the post-Cold War world, and in particular in the criminal field. This interview was to be a public introduction to the issue.
Nevertheless, through his relevant and transversal questioning, Pierre Verluise offered me the opportunity to develop a new and simplified reading of the problem. (…). We are following in the footsteps of Commissioner Gayraud, who devoted considerable energy to popularising concepts on land crime. But also an opening to a recent work (“Le crime en bleu, essai de Thalassopolitique”) which is published by one of the authors of the dossier on the New Maritime Crime, Colonel Manet. With this article, this dossier and this issue, I am continuing the long work of a maritime analyst: the re-examination of maritime strategic determinants and new forms. This work I had started with the decoding of the activities of the charitable trusts that were involved on the oceans. (…)

[:]