https://www.timeslive.co.za/news/south-africa/2019-06-27-cape-town-calls-for-halt-to-octopus-fishing-after-second-whale-dies/

La ville du Cap a demandé un moratoire sur la pêche au poulpe après une deuxième mort de baleine à False Bay. Le conseil a déclaré qu’au moins trois baleines s’étaient empêtrées et deux étaient mortes au cours des deux dernières semaines des suites de la pêche au poulpe.
Mercredi soir, les autorités municipales ont appris que la carcasse d’un jeune rorqual à bosse flottait à environ 500 m au large de Sunny Cove, à Fish Hoek. Ils ont découvert que la baleine s’était noyée après s’être emmêlée dans une ligne de pêche au poulpe.
“Je suis très préoccupée par l’impact que cela a sur notre vie marine et notre écosystème, et sur l’éthique de la pêche au poulpe en général “, a déclaré Marian Nieuwoudt, membre du comité du maire pour l’environnement. “Je demande donc à la nouvelle ministre [des Pêches], Barbara Creecy, d’imposer un moratoire sur ce permis et de retirer tous les engins de pêche de False Bay jusqu’à ce que les engins et l’équipement de pêche soient repensés, testés et qu’il soit prouvé qu’ils ne constituent pas une menace pour notre vie marine. Nous sommes conscients que les moyens de subsistance et les emplois dépendent de l’industrie de la pêche au poulpe. Cependant, nous devons insister sur les pratiques durables. Nous ne pouvons pas permettre que des baleines continuent de mourir à cause de ces filets.”
Il y a deux semaines, une baleine de 10 m est morte à False Bay lorsqu’elle a été heurtée par une hélice de bateau. Une baleine de Bryde est morte par la suite au large de Miller’s Point, près de Simon’s Town, lorsqu’elle s’est prise dans un piège à poulpes.
M. Nieuwoudt a déclaré que Cape Town demanderait à Creecy d’envisager de fournir aux détenteurs de permis de pêche au poulpe une prise alternative pour “s’assurer que ceux qui travaillent dans la pêche puissent encore gagner leur vie”. Elle a déclaré que l’enlèvement des carcasses de baleines avait fait peser une telle charge financière sur les coffres de la ville qu’elle envisageait de faire payer les compagnies de pêche impliquées dans la pêche au poulpe ou le gouvernement national. “Le coût de l’enlèvement et de l’élimination d’une carcasse de baleine se situe entre 50 000 et 150 000 Rands, selon les conditions météorologiques et l’emplacement de la carcasse. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que les contribuables continuent de subventionner les prises accidentelles de baleines “, a-t-elle déclaré.