https://www.eurekalert.org/pub_releases/2019-05/wcs-wpg050919.php

S‘appuyant sur des données sociales et écologiques complètes provenant de cinq communautés de pêcheurs de récifs coralliens au Kenya y compris des entretiens avec des pêcheurs, des données de recensement visuel sous-marin sur l’état de l’écosystème récifal et des données chronologiques sur les débarquements les chercheurs montrent que des conditions écologiques positives sont associées à la ” fermeture du réseau socio-écologique ” – c’est-à-dire des structures en réseau totalement liées et donc fermées entre acteurs sociaux et ressources écologiques.
Les résultats suggèrent que les investissements dans le renforcement des capacités communautaires qui mettent l’accent sur la communication, la confiance et une compréhension commune entre les concurrents directs des ressources peuvent améliorer les conditions écologiques dans la pêche des récifs coralliens.