https://www.zinfos974.com/La-grande-Une_r335.html

L‘épisode de forte houle a mis à jour les débris des ex-paillotes La Bobine et Coco Beach. Des morceaux de ferraille rouillée, des bouteilles, des bâches de plastique profondément ensablés ont surgi, sous l’effet des vagues. Pourtant, les paillotes devaient faire place nette lors de leur démontage en décembre dernier, il semble que le travail ait été bâclé. Les débris défigurent la plage mais sont aussi dangereux pour les baigneurs. L’État devrait, selon le collectif de défense du DPM, se retourner contre les propriétaires des paillotes, notamment contre le groupe EXSEL, propriétaire du Coco Beach. Mais la DEAL assure que le nettoyage en profondeur des débris enfouis serait un dommage de plus à l’environnement, car il faudrait creuser profondément le sable. L’argument peut surprendre, car la préfecture annonçait officiellement après le verdict du tribunal administratif que les paillotes devaient » cesser d’occuper le domaine public maritime et remettre la plage dans son état naturel”. Nous sommes loin de “l’état naturel”. Il est à craindre, dans ces conditions, que les souvenirs de feu les paillotes refassent régulièrement surface longtemps encore.