https://ottawacitizen.com/news/local-news/fish-are-facing-new-kinds-of-threats-but-theres-hope

Selon une étude mondiale dirigée par un étudiant au doctorat de l’Université Carleton, les poissons d’aujourd’hui font face à différents types de menaces écologiques qui jusqu’alors n’existaient pas. Antibiotiques, microplastiques, poissons exotiques achetés sur Internet et rejetés dans les eaux canadiennes lorsque leurs propriétaires s’en lassent. Personne ne pensait autant à ces sujets en 2006, lorsqu’un écologiste du nom de David Dudgeon a publié un rapport faisant autorité sur les eaux douces du monde. Des milliers de scientifiques ont construit leurs propres recherches sur ces travaux au cours des 12 dernières années. (…) Andrea Reid, qui fait son doctorat en biologie à l’Université Carleton a déclaré que “Beaucoup de menaces sont toujours présentes, mais tant de nouvelles sont apparues “. L’énergie hydroélectrique en est une. Depuis des décennies, les barrages bloquent les cours d’eau pour créer de l’électricité, empêchant accidentellement les poissons de remonter et de descendre pendant qu’ils éclosent, mûrissent et reviennent frayer. (…) L’utilisation des microplastiques à pois s’est développée depuis l’étude de 2006. Et bien que les polluants chimiques soient présents dans l’eau depuis longtemps, ” nous constatons qu’il y a définitivement un changement (dans les produits chimiques) ” (…). “Nous voyons beaucoup de produits pharmaceutiques dans l’eau, comme les antibiotiques qui s’accumulent dans les réseaux hydrographiques et qui ne sont pas traités.” (…) Les gens jettent les pilules inutilisées dans les toilettes ou les excrétent dans l’urine, et les poissons les absorbent. “Dans la plupart des cas, ils pénètrent dans l’écosystème sans être détectés “, dit-elle. Ils peuvent faire en sorte que les poissons et les autres animaux dans l’eau aient une progéniture moins nombreuse ou en moins bonne santé. (…). Bon nombre de ces effets se produisent en aval des villes (…)
” Mais son travail a aussi trouvé des sources d’espoir. Par exemple, la modernisation de la station d’épuration de Kitchener-Waterloo a permis d’éliminer de nombreux produits pharmaceutiques. (…). “Nous pouvons surveiller la situation à grande échelle. Nous pouvons surveiller l’ensemble d’un bassin hydrographique et savoir ce qu’il y a dans l’eau douce et dans l’habitat terrestre “, a dit M. Reid (…) Cet aperçu des problèmes ” fera sonner l’alarme “, a dit M. Cooke. “Nous devons continuer à regarder vers l’avant au lieu d’être réactifs. … Mais dans tout cela, il y a (…) quelques progrès dans le traitement de l’eau. “Mais certaines de ces mesures (de conservation) ne sont pas des changements techniques. Il s’agit de changements radicaux dans le comportement humain.”