[:fr]

https://www.afrik.com/cholera-et-typhoide-a-djibouti-le-quart-de-la-population-n-a-pas-acces-aux-toilettes

Étant donné que de vastes quantités d’aide arrivent dans les coffres du gouvernement et que sa position stratégique est l’une des voies de navigation les plus fréquentées, Djibouti devrait figurer parmi les pays les plus riches du continent africain. Cependant, l’ironie est que le petit pays situé sur la côte orientale de l’Afrique est parmi les plus pauvres, caractérisé par une crise des eaux usées qui a conduit à une éruption de maladies d’origine hydrique telles que le choléra et la typhoïde. Les enfants sont les premières victimes de la crise provoquée par le niveau insuffisant d’assainissement dans le pays, qui compte environ 1 million de personnes. Dans les zones rurales, 3 personnes sur 4 n’ont pas accès aux toilettes et se soulagent dans la brousse. Dans la capitale, la ville de Djibouti, où vit la moitié de la population du pays, un quart de la population n’a pas accès aux toilettes. Dans la Corne de l’Afrique une zone sèche et avec seulement 20 centimètres de pluie ou moins de 10 pouces de pluie par an, l’eau est en demande à Djibouti. Les villages reposent souvent sur un ou 2 puits, dont beaucoup sont maintenant contaminés par des bactéries liées aux déchets humains. Les 26 300 réfugiés d’Erythrée, d’Ethiopie, de Somalie et du Yémen ont aggravé le problème. Cependant, Radwan Bahdon, le directeur de l’assainissement du gouvernement, a déclaré que la situation était sous contrôle. Une nouvelle installation d’assainissement financée par l’Union européenne (UE) fonctionne, a-t-il ajouté. (…)

[:en]

https://www.afrik.com/cholera-et-typhoide-a-djibouti-le-quart-de-la-population-n-a-pas-acces-aux-toilettes

Given that large amounts of aid arrive in the government’s coffers and that its strategic position is one of the most frequented shipping lanes, Djibouti should be among the richest countries on the African continent. However, the irony is that the small country on the east coast of Africa is among the poorest, characterized by a wastewater crisis that has led to an outbreak of waterborne diseases such as cholera and typhoid. Children are the first to suffer from the crisis caused by the inadequate level of sanitation in the country, which has about 1 million people. In rural areas, three out of four people do not have access to toilets and relieve themselves in the bush. In the capital, the city of Djibouti, where half of the country’s population lives, a quarter of the population has no access to toilets. In the Horn of Africa, a dry area and with only 20 centimetres of rain or less than 10 inches of rain per year, water is in demand in Djibouti. Villages often rely on one or two wells, many of which are now contaminated with bacteria related to human waste. The 26,300 refugees from Eritrea, Ethiopia, Somalia and Yemen have exacerbated the problem. However, Radwan Bahdon, the government’s sanitation director, said the situation was under control. A new sanitation facility funded by the European Union (EU) is in operation, he added.

[:]