https://www.porttechnology.org/news/hapag_lloyd_continues_east_africa_investment

Hapag-Lloyd a investi dans de nouveaux services et infrastructures intérieures pour le marché croissant de l’Afrique de l’Est. La région, qui affiche un taux de croissance annuel de 6 %, se développe plus rapidement que toute autre partie du continent, en particulier au Kenya, où le nombre d’importations et d’exportations augmente. En avril 2018, Hapag-Lloyd a lancé l’East Africa Service (EAS), le premier service dédié à la région, qui navigue de Jeddah à Mombasa, puis à Dar es Salaam en Tanzanie, chaque semaine. Après une période d’essai réussie, Hapag-Lloyd étendra le service en septembre 2018 à Nhava Sheva et Mundra en Inde, Khor Fakkan à Oman et Jebel Ali à Dubaï. Jorn Springer, de Hapag Lloyd, explique comment le transporteur a évolué au cours de ce siècle dans un article technique sur la technologie portuaire. L’EAS2, qui remplacera l’ancien service EAS, est destiné à créer une liaison directe entre le golfe Arabique, la côte ouest de l’Inde et l’Afrique de l’Est. De plus, Hapag-Lloyd offre actuellement des services de transport intérieur à destination et en provenance de plusieurs endroits de l’arrière-pays en Afrique de l’Est, y compris Lumbumbashi en RPD du Congo, Lusaka en Zambie et Kampala en Ouganda. Dheeraj Bhatia, directeur général de Hapag-Lloyd AG pour l’Afrique, le Moyen-Orient et le sous-continent indien, a commenté : “Je suis ravi que notre service Afrique de l’Est en provenance et à destination du Kenya se développe de manière si positive. “Après seulement quatre mois d’exploitation, nous avons considérablement accru nos activités et l’utilisation globale des navires a dépassé nos attentes. “Avec notre nouveau service EAS2 à venir, nous serons en mesure d’offrir des connexions encore meilleures au départ et à destination de l’Afrique de l’Est. Dans l’ensemble, nous connaissons une demande croissante de la part des clients, ce qui démontre le potentiel économique du Kenya”.