https://foreignpolicy.com/2019/03/19/somaliland-somalia-horn-of-africa-djibouti-military-oil-uae-qatar-berbera-port/

Tous les jours, à Berbera, le port en eau profonde de la côte de la mer Rouge du Somaliland, des navires s’échouent à quai à côté de petits bateaux appelés boutres. La plupart d’entre eux attendent le départ pour le golfe Persique, chargés d’épices, de ferraille, et souvent de chèvres plus vivantes difficile à dire à l’œil nu, mais environ 30 % du pétrole brut transporté par les navires ne passe qu’à quelques kilomètres au large des côtes, un détail qui a fait du port de Berbera un lieu privilégié pour les puissances extérieures qui cherchent une nouvelle liaison avec la route maritime la plus importante du monde. En conséquence, le Somaliland, comme son voisin Djibouti, qui est en train de devenir une plaque tournante pour les installations militaires étrangères, s’est retrouvé au centre de rivalités de grandes puissances qui pourraient remodeler la Corne de l’Afrique. D’ici 2020, les dhows de Berbera devraient avoir des voisins beaucoup plus grands. Les autorités du Somaliland ont signé un accord avec les Émirats arabes unis pour la modernisation d’un port d’une valeur de 442 millions de dollars et l’établissement d’une nouvelle base navale aux Émirats arabes unis, offrant ainsi à ce pays un nouveau point de départ pour sa participation à la guerre menée par les Saoudiens au Yémen et un moyen de renforcer sa présence dans la corne de l’Afrique. (…)