https://www.thecitizen.co.tz/news/Tanzania-can-do-more-to-boost-Sadc-trade-opportunities/1840340-5236418-s13i8pz/index.html

Selon le rapport annuel de la Banque de Tanzanie (BOT) pour 2017/18, la Tanzanie a été le pays le plus rapide du monde. Avec une croissance du PIB de 7,1 pour cent, l’économie de la SADC est en pleine croissance. Commerce total de la Tanzanie à l’intérieur de la SADC a toutefois diminué de 3 à 5 % en 2017 par rapport à 2016, en raison de la baisse des exportations et de la baisse de la demande intérieure importations.
Néanmoins, la Tanzanie a continué d’être un exportateur net vers d’autres pays Sadc, enregistrant un commerce d’un excédent de 445 M$ à 5 M$ en 2017, en hausse par rapport à 397,2 M$ en 2016. Plus précisément, la Tanzanie a enregistré un Excédent commercial Avec l’Afrique du Sud, la RDC, le Malawi, le Mozambique, le Zimbabwe, l’Angola et le Botswana.
Entre-temps, la Tanzanie a enregistré un déficit commercial avec Madagascar, Maurice et la Namibie, Swaziland, Seychelles et lœsotho. Les principales exportations de la Tanzanie vers la région de SADC étaient l’or, les cigarettes, la farine de blé, le jus, la céramique et le poisson, Le verre, le ciment, le savon, les chaussures et les briques, bien qu’importés en grande partie, étaient des véhicules automobiles et des semences de maïs, gaz, tôles de fer, lubrifiants, bière, pommes et sucre. Selon les statistiques ci-dessus, la Tanzanie peut tirer parti de son adhésion à des blocs commerciaux tels que SADC pour poursuivre la croissance économique. Toutefois, il y a un certain nombre de questions qui devront être abordées. Le but est d’accroître encore le commerce intra-SADC non seulement pour les biens mais aussi pour les services. (…)