Des conflits ont eu des violences au Yémen depuis 2015, mais les habitants de la Somalie, de l’Éthiopie et de l’Érythrée restent empêchés de se lancer sur les routes périlleuses pour rencontrer des conditions dangereuses lorsqu’ils arrivent là-bas. Pour paraphraser le poète somalien et britannique Warsan Shire, ils continuent à fuir leurs terres, car la maison ne les laissera pas rester. Juste à quel point ce voyage peut être dangereux, a été précisé le mois dernier, lorsqu’un bateau transportant 150 réfugiés somaliens a été attaqué par un hélicoptère et un navire militaire près du port yéménite de Hodeidah. Au moins 42 ont été tués.

(…)Deux raisons de tenter le voyage que la plupart des gens de la corne partagent sont un sentiment de responsabilité envers leurs familles et des perceptions positives de la migration.(…)

Link:http://www.aljazeera.com/indepth/opinion/2017/04/african-men-women-fleeing-yemen-170401081941703.html