[:fr]21 juin 2018:

source: https://www.crimario.eu/2018/06/22/crimario-forme-des-formateurs-en-visualisation-des-donnees-maritimes/

“Le développement de l’économie bleue passe par la maîtrise des activités
illégales et des évènements de mer. Pour y répondre, le projet européen
CRIMARIO oeuvre pour une coopération régionale et une coordination interadministrations: 

Le cours de formation de formateurs qui vient de s’achever à Mombasa illustre ces efforts ; dédié à la visualisation des données d’intérêt maritime, il a rassemblé 9 participants du Kenya et de Madagascar (4-22 juin 2018). Le projet européen CRIMARIO a conçu un cycle complet de formation sur la visualisation et l’analyse des données d’intérêt maritime destinés aux personnels spécialisés des administrations civiles et militaires intervenant dans l’action de l’État en mer. Un premier cycle s’est déroulé en 2017 au profit des Comores et de Madagascar, au rythme de 6 sessions en visualisation des données et 3 en analyse des données. Au terme de ce cycle, des formateurs
en visualisation et des analystes ont appris à donner des cours ce qui facilite la diffusion des savoirs et des bonnes pratiques dans la région. Le Kenya accueille ce cycle complet en 2018. La troisième session (MDP6) organisée du 4 au 22 juin à Mombasa, couvre la formation de formateurs en visualisation des données d’intérêt maritime. La première semaine, une formatrice spécialisé dans l’éducation des adultes a entraîné les participants à concevoir et animer un cours de formation pour adultes. Au cours des deuxième et troisième semaines, deux professeurs de l’Université technique tchèque leur ont permis d’approfondir leur savoir-faire en gestion et interrogation de bases de données de grand volume. Les participants ont ensuite travaillé sur des bases de données spatiales d’intérêt maritime pour identifier et / ou visualiser tout comportement
suspect en mer. Ce troisième cours a été suivi par les 9 participants qui avaient réussi les tests des deux précédentes sessions. Après ces 3 semaines de cours, cinq d’entre eux ont été certifiés formateurs. Les stagiaires kenyans viennent des principales administrations en charge de la surveillance du domaine maritime : Service des Pêches, KMA (Kenya Maritime Authority), Marine nationale, Service des impôts, Ministère de l’Intérieur. Se sont joints également trois participants de Madagascar travaillant au CRFIM (Centre Régional de Fusion d’Information Maritime), au Secrétariat d’État à la mer et à l’APMF (Autorité portuaire).

Dans les mois à venir, la coopération maritime va continuer à se développer grâce à la construction par CRIMARIO d’un portail web dénommé IORIS, dédié au partage des informations maritimes et à la gestion des incidents en mer et proposé à tous les pays partenaires du projet. En outre IORIS sera utilisé par les entités régionales actives dans la sûreté maritime, en premier lieu les deux centres régionaux couvrant la région AfOA-OI (Afrique orientale et australe-Océan indien) suite aux décisions de la conférence ministérielle organisée à Djibouti le 15 mai 2016 : le CRFIM installé à Madagascar et le CRCO aux Seychelles. Les administrations nationales vont également bénéficier de cet outil selon une politique régionale d’accès…”

[:en]June 21, 2018:

source: https://www.crimario.eu/2018/06/22/crimario-form-desformers-invisualisation-des-donnees-maritimes/

“The development of the blue economy involves controlling the activities illegal activities and sea events. In response, the European project CRIMARIO works for regional cooperation and inter-governmental coordination: The training of trainers course just completed in Mombasa illustrates these efforts; dedicated to the visualization of maritime data, it gathered 9 participants from Kenya and Madagascar (4-22 June 2018).

The European project CRIMARIO has designed a complete training course on the visualization and analysis of data of maritime interest for specialized personnel of civil and military administrations involved in the action of the State at sea. was rolled out in 2017 for the benefit of the Comoros and Madagascar, at the rate of 6 sessions in data visualization and 3 in data analysis.

At the end of this cycle, trainers in visualization and analysts have learned to give courses which facilitates the dissemination of knowledge and good practices in the region. Kenya hosts this full cycle in 2018. The third session (MDP6) held from 4 to 22 June in Mombasa, covers the training of trainers in visualization of data of maritime interest. The first week, a trainer specializing in adult education trained participants to design and deliver an adult education course. During the second and third weeks, two professors from the Czech Technical University helped them to deepen their know-how in the management and interrogation of large volume databases. The participants then worked on spatial databases of maritime interest to identify and / or visualize any behavior. This third course was attended by the 9 participants who had passed the tests of the two previous sessions. After these 3 weeks of classes, five of them have been certified trainers. The Kenyan trainees come from the main administrations in charge of the surveillance of the maritime domain: Fisheries Department, KMA (Kenya Maritime Authority), National Navy, Tax Department, Ministry of the Interior. Also joining were three participants from Madagascar working at the CRFIM (Regional Maritime Information Fusion Center), the State Secretariat for the Sea and the APMF (Port Authority).

In the coming months, maritime cooperation will continue to develop thanks to the construction by CRIMARIO of a web portal called IORIS, dedicated to the sharing of maritime information and the management of incidents at sea and proposed to all the partner countries of the world. project. In addition, IORIS will be used by regional entities active in maritime security, primarily the two regional centers covering the ESA-IO region (Eastern and Southern Africa-Indian Ocean) following the decisions of the ministerial conference held in Djibouti on 15 May 2016: the RMIFC installed in Madagascar and the ROCC in Seychelles. National administrations will also benefit from this tool according to a regional access policy….”[:]