[:fr]Maurice, le 29 avril 2018:

Les accords régionaux d’échange et de partage des données maritimes, renouvelant la mise en place du Centre Régional de Fusion d’Informations Maritimes (CRFIM) hébergé par Madagascar, et de coordination des interventions en mer dans le cadre de la mise en place du Centre Régional de Coordination des Opérations (CRCO) hébergé aux Seychelles, signés par l’Union des Comores, l’Île Maurice, les Seychelles, la Djibouti et Madagascar, lors de la Conférence ministérielle sur la sécurité et la sûreté maritime dans la région d’Afrique Orientale, Australe et Océan Indien.

 

Diverses initiatives ont été prises à différents niveaux et ont déjà porté leurs fruits dans le cadre du Programme de Sécurité Maritime dans la région d’Afrique Orientale, Australe et Océan Indien depuis l’année 2010. Avec l’intervention des forces navales étrangères, on a concrètement constaté une forte régression des cas d’attaques de pirates bien que l’on en ait encore recensées durant l’année 2017. Les efforts dans la sécurisation maritime ne concernent pas uniquement les Etats riverains comme les enjeux du trafic maritime touchent toutes les activités économiques d’un grand nombre de pays de manière transversale. C’est d’ailleurs dans cet esprit que, telle que consacrée dans les résultats 4 et 5 du Programme régional de sécurité maritime (#MASE Pogramme), financé par l’Union Européenne et piloté par la Commission de l’Océan Indien(COI), la mise en place du CRFIM et du CRCO, opérationnelles respectivement depuis le mois de février 2016 et le mois de juillet 2017, a été réitérée par la signature des deux accords régionaux consacrant les modalités de coopération des Etats membres signataires dans l’échange d’informations et l’intervention opérationnelle, en l’occurrence les Seychelles, l’Île Maurice, l’Union des Comores, la Djibouti et Madagascar. En outre, les délégations issues de l’Île de la Réunion et le Kénya ont affirmé que leurs pays respectifs vont procéder à la signature des  deux accords, déjà en cours d’études au sein de leurs structures internes de validation, très prochainement.

L’accord consacrant la mise en place du CRFIM a pour objectif général de « définir les bases d’un cadre régional de coopération entre les Etats Parties en vue de renforcer la sécurité et la sûreté maritimes dans l’espace maritime » conformément au droit national et international applicable. Le CRFIM est dévolu pour être le centre de coordination de la collecte, l’analyse, la fusion et le partage des informations maritimes dans le cadre de la lutte contre toutes formes de criminalité en mer et la préservation des ressources marines. L’esprit de la mise en place du CRFIM est le développement de manière collégiale d’un mécanisme régional de coordination et d’échange d’informations en vue de pouvoir disposer des capacités précises à émettre une alerte avancée auprès de toutes les entités concernées en cas de détection d’une menace ou d’un risque maritime potentiel ou avéré par l’amélioration de la connaissance maritime par les parties, le suivi quotidien des activités maritimes et le renforcement des organes de contrôles, par le partage d’expertise et le renforcement de capacité de toutes les parties, et en encourageant surtout l’implication des réseaux d’informateurs de toutes les parties et les acteurs de l’industrie maritime…

Le CRFIM est prévu collaborer étroitement avec le Centre Régional de Coordination des Opérations dont la mise en place est consacré dans le résultat 4 du programme Régional de Sécurité Maritime, parallèlement au CRFIM et qui est l’entité en charge de la coordination des interventions opérationnelles.

Au niveau stratégique, un comité de gouvernance commun aux deux Centres ou « Comité de pilotage », se réunissant deux fois par an, est érigé en instance dirigeante et chargé de fixer les grandes orientations des deux centres. Chaque Etat partie y est représenté par son point focal national. Au niveau opérationnel,  c’est le « Comité technique » qui est chargé de la gestion quotidienne en tant qu’instance d’exécution des décisions du Comité de Pilotage.

Les deux Centres sont prévus être financés par les contributions des États Parties, des autres États et institutions Partenaires, des organisations intergouvernementales ou non-gouvernementales mais des recettes propres sont également attendues issues des études ponctuelles ou spécifiques au profit d’autres organismes ou acteurs sur l’évolution des menaces maritimes et des tendances ainsi que des risques liés à la sécurité maritime régionale sous réserve du respect des clauses relatives à l’utilisation des données d’informations maritimes mentionnées dans l’accord.

Plusieurs partenaires ont exprimé leur satisfaction à la signature des deux accords régionaux et ont confirmé leur soutien aux mécanismes régionaux de sécurité maritime. L’Union Européenne a par ailleurs déclaré un apport additionnel de 5 millions d’Euros dans le cadre de l’opérationnalisation des deux centres régionaux.

[:en]Mauritius, April 29, 2018: Regional agreements for exchange and sharing of maritime data, renewing the establishment of the Regional Maritime Information Fusion Center (RMIFC) hosted by Madagascar, and coordination of interventions at sea as part of the implementation of the Regional Operations Coordination Center (ROCC) hosted in Seychelles, signed by the Union of Comoros, Mauritius, Seychelles, Djibouti and Madagascar, at the Ministerial Conference on Maritime Security and Safety in the Region of Eastern Africa, Austral and Indian Ocean.

Various initiatives have been taken at different levels and have already borne fruit under the Maritime Security Program in the Eastern, Southern and Indian Ocean region since 2010. With the intervention of foreign naval forces, In practice, there has been a sharp decline in cases of pirate attacks, although they have been identified during the year 2017. Efforts in maritime security do not concern only the riparian states, as the issues of maritime traffic affect all of them. economic activities of a large number of countries across the board. It is in this spirit that, as enshrined in Results 4 and 5 of the Regional Program for Maritime Safety (#MASE Pogramme), funded by the European Union and led by the Indian Ocean Commission (IOC ), the establishment of the RMIFC and the RCOC, operational respectively since February 2016 and the month of July 2017, was reiterated by the signing of the two regional agreements devoting the cooperation modalities of the signatory Member States in the exchange information and operational intervention, namely Seychelles, Mauritius, Comoros, Djibouti and Madagascar. In addition, the delegations from Reunion Island and Kenya said that their respective countries will proceed to sign the two agreements, already under study within their internal validation structures, very soon.

The overall objective of the agreement establishing the RMIFC is “to lay the foundations for a regional framework of cooperation between States Parties to enhance maritime safety and security in the maritime area” in accordance with national law and applicable international. The rmifc is dedicated to being the focal point for the collection, analysis, merging and sharing of maritime information in the fight against all forms of crime at sea and the preservation of marine resources. The spirit of the establishment of the rmifc is the collegial development of a regional mechanism for coordinating and exchanging information in order to be able to have the precise capacities to issue an early warning to all the entities concerned, detection of a threat or a potential or proven maritime risk, by the improvement of the maritime knowledge by the parties, the daily monitoring of the maritime activities and the reinforcement of the control organs, by the sharing of expertise and the capacity building of all parties, and especially encouraging the involvement of informant networks from all parties and stakeholders in the maritime industry …

The CRFIM is expected to work closely with the Regional Operations Coordination Center whose implementation is enshrined in Outcome 4 of the Regional Maritime Safety Program, in parallel with the CRFIM and which is the entity in charge of coordinating operational interventions. At the strategic level, a joint governance committee at the two Centers or “Steering Committee”, meeting twice a year, is set up as a governing body to set the main orientations of the two centers. Each State Party is represented by its National Focal Point. At the operational level, the “Technical Committee” is in charge of day-to-day management as the executing body of the Steering Committee’s decisions.

The two Centers are expected to be financed by contributions from States Parties, other Partner States and institutions, intergovernmental or non-governmental organizations, but their own revenues are also expected from ad hoc or specific studies for the benefit of other organizations or stakeholders about the evolution of maritime threats and trends as well as risks related to regional maritime safety subject to compliance, with the clauses relating to the use of maritime information data referred to the Agreement.

Several partners expressed their satisfaction at the signing of the two regional agreements and confirmed their support for regional maritime safety mechanisms. The European Union has also declared an additional contribution of 5 million Euros as part of the operationalization of the two regional centers

[:]