http://eunavfor.eu/eu-navfor-promotes-un-fao-programme-working-in-support-of-somali-fishermen/

L‘EU NAVFOR vient de terminer une importante opération ciblée le long de la côte nord-est de la Somalie, en interaction avec les autorités locales dans les anciens points chauds de piraterie du Puntland, Hurdiyo et Eyl. Du 12 au 16 octobre 2018, des navires et des avions d’Espagne, d’Italie et d’Allemagne se sont joints au personnel de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) à bord du navire amiral ESPS Castilla de l’EU NAVFOR, dans un effort concentré et multi-agences pour apporter des changements positifs à cette région en proie à des troubles. En outre, du personnel de l’organisation civile EUCAP-Somalie a été embarqué à bord du navire de guerre afin d’approfondir les relations de la mission avec les acteurs locaux de la sécurité. L’EU NAVFOR a appuyé la mise en œuvre d’un projet de l’UNFAO visant à renforcer les capacités des communautés de pêcheurs au Puntland, à Galmudug et à Mogadiscio. Le projet CCAP (Coastal Communities Against Piracy), financé par l’UE mais mis en œuvre par la FAO, vise à fournir une formation et un soutien aux pêcheurs artisanaux le long des côtes de la Somalie. Le projet CCAP fait lui-même partie du programme de sûreté maritime de l’UE (MASE). Au cours de l’opération, les moyens de l’EU NAVFOR ont facilité l’accès aux villages le long de la côte du Puntland et appuyé la formation des pêcheurs locaux dispensée par les experts de l’UNFAO. Michael Savins, chef de l’unité FAO-Somalie “Consommation de poisson et renouvellement de la flotte” a été étroitement associé au projet visant à améliorer les capacités de pêche artisanale. Interrogé sur l’opération, il a déclaré : “Travailler avec l’EU NAVFOR pour mettre ce projet à la disposition des communautés somaliennes s’est avéré un grand succès et est l’aboutissement de 4 années de travail. Je tiens à remercier l’engagement et le professionnalisme de nos hôtes à bord de l’ESPS Castilla, surtout dans une tâche aussi difficile”. (…)