http://lagazettedescomores.com/soci%C3%A9t%C3%A9/emploi-pourquoi-la-soci%C3%A9t%C3%A9-nationale-de-p%C3%AAche-est-toujours-en-veilleuse-.html

L’usine nationale de pêche, ouverte à Voidjou depuis 2015, tourne au ralenti. Et pour cause, Ie pays ne dispose pas d’un laboratoire de contrôle qualité mais aussi, il est sous le joug d’un carton rouge infligé par la Commission Européenne, empêchant de facto l’archipel d’exporter ses produits halieutiques vers ce marché rentable. Mais les autorités, notamment l’Office National de Contrôle Qualité et Certification des Produits Halieutiques, n’en conviennent pas. « Si les portes du marché européen nous sont fermées, d’autres sont ouvertes pour sortir de l’ornière ». En effet, selon les responsables de cet office, ces arguments ne sont « aucunement » susceptibles d’empêcher l’entreprise de tourner à plein régime. « Certes, le pays ne dispose pas d’un laboratoire localement, pour le contrôle qualité, mais nous avons signé une convention avec l’Institut Pasteur de Madagascar à cet effet. Donc nous pouvons dire que nous avons un laboratoire même si ça nous coûte un peu cher, mais nous y faisons face », affirme Ismael Ahamada, le directeur dudit office,entouré de son équipe hier lors d’un entretien avec La Gazette des Comores I HZK-Presse dans son bureau à Moroni.(…)