[:fr]

http://lagazettedescomores.com/soci%C3%A9t%C3%A9/emploi-pourquoi-la-soci%C3%A9t%C3%A9-nationale-de-p%C3%AAche-est-toujours-en-veilleuse-.html

L’usine nationale de pêche, ouverte à Voidjou depuis 2015, tourne au ralenti. Et pour cause, Ie pays ne dispose pas d’un laboratoire de contrôle qualité mais aussi, il est sous le joug d’un carton rouge infligé par la Commission Européenne, empêchant de facto l’archipel d’exporter ses produits halieutiques vers ce marché rentable. Mais les autorités, notamment l’Office National de Contrôle Qualité et Certification des Produits Halieutiques, n’en conviennent pas. « Si les portes du marché européen nous sont fermées, d’autres sont ouvertes pour sortir de l’ornière ». En effet, selon les responsables de cet office, ces arguments ne sont « aucunement » susceptibles d’empêcher l’entreprise de tourner à plein régime. « Certes, le pays ne dispose pas d’un laboratoire localement, pour le contrôle qualité, mais nous avons signé une convention avec l’Institut Pasteur de Madagascar à cet effet. Donc nous pouvons dire que nous avons un laboratoire même si ça nous coûte un peu cher, mais nous y faisons face », affirme Ismael Ahamada, le directeur dudit office,entouré de son équipe hier lors d’un entretien avec La Gazette des Comores I HZK-Presse dans son bureau à Moroni.(…)

[:en]

http://lagazettedescomores.com/soci%C3%A9t%C3%A9/emploi-pourquoi-la-soci%C3%A9t%C3%A9-nationale-de-p%C3%AAche-est-toujours-en-veilleuse-.html

The national fishing factory opened in Voidjou since 2015 is idling. And for good reason, the country does not have a quality control laboratory but also, it is under the yoke of a red card imposed by the European Commission, preventing de facto the archipelago to export its fishery products to this market profitable. But the authorities, including the national office for quality control and certification of fish products, do not agree. If the doors of the European market are closed to us, others are open to get out of the rut.In fact, according to the officials of this office, these arguments are “in no way” likely to prevent the company from running at full speed diet. “While the country does not have a laboratory locally, for quality control, but we have signed an agreement with the Pasteur Institute of Madagascar for this purpose. So we can say that we have a laboratory even if it costs us a little expensive, but we face it, “says Ismael Ahamada, the director of the said office, surrounded by his team yesterday in an interview with The Gazette of Comoros I HZK-Press in his office in Moroni. (…) 

[:]