https://www.nation.co.ke/news/Somalia-allowed-to-respond-border-case/1056-4302180-fc3em4/index.html

La Cour internationale de Justice a permis à la Somalie de déposer une réponse à une affaire dans laquelle elle a poursuivi le Kenya au-dessus d’une frontière maritime. Le coup de pied déclenche une nouvelle série d’arguments, qui pourraient déterminer le flux final de la frontière. La Cour a annoncé lundi que la Somalie devrait répondre à l’affirmation du Kenya selon laquelle le flux actuel de la frontière devrait rester intact d’ici le 18 juin, après quoi le Kenya aura encore six mois pour percer des trous dans la réponse. “Le tribunal a rendu cette décision en tenant compte des points de vue des parties et des circonstances de l’affaire. La procédure subséquente a été réservée pour une nouvelle décision “, a déclaré un communiqué du greffe du tribunal. (…) En effet, la Somalie a poursuivi le Kenya en août 2014, déclarant que la frontière entre les deux pays devait s’étendre en diagonale dans la mer, au sud de Kiunga et non vers l’est comme c’est le cas aujourd’hui. Mais le Kenya a fait valoir que cela pourrait également affecter sa frontière maritime avec la Tanzanie. La frontière actuelle a existé en grande partie à la suite de la Proclamation présidentielle de 1979. Lorsque l’affaire a été présentée au tribunal l’année dernière en février, les objections préliminaires du Kenya ont été rejetées. Le Kenya avait fait valoir que le tribunal n’avait pas compétence et que les deux pays avaient signé un mémorandum d’accord pour que la question soit réglée par la Commission des Nations Unies sur les limites du plateau continental, ce que Nairobi n’avait pas encore épuisé.