[:fr]

https://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/Yemen-Nous-demandons-France-arrete-toutes-ventes-darmes-belligerants-2018-06-14-1200947209

(…) Interview de Fanny Petitbon, en charge de la coordination du travail de plaidoyer de CARE France : « Care travaille au Yémen depuis 1992 et nous sommes l’une des rares ONG qui maintiennent leurs opérations humanitaires en dépit des difficultés actuelles. Dans la région d’Hodeida, nous améliorons les systèmes d’approvisionnement en eau potable et nous distribuons des coupons à la population pour l’achat de produits alimentaires.
Ce jeudi 14 juin, nous conservons un seul employé de Care dans le port yéménite. Il nous rapporte que les raids aériens se poursuivent et que les troupes de la coalition menée par l’Arabie saoudite se tiennent à l’extérieur de la ville, vers l’aéroport. Le port d’Hodeida est toujours en fonctionnement et il n’y a pas, pour l’instant, d’interruption des livraisons. Il redoute des coupures d’eau et d’électricité. (…) C’est le poumon du pays. 70 % de la nourriture, des médicaments, de l’essence, de l’aide humanitaire passe par le port d’Hodeida. Or, à l’heure actuelle, 85 % de la population yéménite dépend de cette aide humanitaire. Les gens sont à bout de souffle. Si le port est détruit, c’est l’ensemble du pays qui risque de l’être aussi. (…) »

[:en]

https://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/Yemen-Nous-demandons-France-arrete-toutes-ventes-darmes-belligerants-2018-06-14-1200947209

Interview of Fanny Petitbon, in charge of coordinating CARE France’s advocacy work: Care has been working in Yemen since 1992 and we are one of the few NGOs that maintain their humanitarian operations despite the current difficulties. In the Hodeida region, we are improving water supply systems and distributing vouchers to the population for the purchase of food products.
This Thursday, June 14, we keep only one Care employee in the Yemeni port. He reports that the air raids continue and Saudi-led coalition troops are outside the city, to the airport. The port of Hodeida is still in operation and there is no interruption of deliveries at the moment. He dreads cuts in water and electricity. (…) It is the lung of the country. 70% of food, medicine, gasoline, humanitarian aid goes through the port of Hodeida. At present, however, 85 per cent of the Yemeni population depends on this humanitarian aid. People are out of breath. If the port is destroyed, the whole country is likely to be destroyed too. (…)

[:]