http://www.maritime-executive.com/article/north-korean-ships-continue-to-flout-sanctions

Dans un récent rapport préparé pour le Conseil de sécurité de l’ONU et obtenu par l’AP, un groupe d’experts a conclu que la Corée du Nord échappait avec succès à des sanctions contre deux douzaines de navires soupçonnés de participer à la contrebande d’armes Malgré l’interdiction du Conseil de sécurité de faire affaire avec ces navires, les enregistrements AIS montrent que plusieurs ont continué à appeler aux ports russes et japonais sans tenter de dissimuler leur présence. En outre, le panel suggère que la Corée du Nord a adopté une forme de fraude d’identité pour empêcher les échanges de navires interdits. Huit des navires de la liste noire ont tenté de masquer leur identité en renommant, en changeant leurs signes d’appel, en adoptant de nouveaux numéros MMSI et en omettant leur numéro IMO de leurs transmissions AIS et de leur documentation à bord..(…) Le panel a signalé que la Corée du Nord a pu continuer ces activités de contrebande malgré les sanctions, en partie grâce à l’utilisation de longue date de registres de drapeaux étrangers. (…)
   Environ la moitié des navires interdits avaient été signalés en Mongolie mais ont été retirés de la liste après l’imposition de sanctions, et beaucoup ont migré vers le drapeau de la Tanzanie, le classement le plus bas de tous les registres sur la «liste noire» du MOU de Paris. (…).
   Dans l’exemple le plus récent de la mauvaise utilisation des registres étrangers par la RPDC, le cargo de patrouille cambodgienne Jie Shun a été détenu en août en route de la Corée du Nord vers le canal de Suez. On y a retrouvé 24 000 grenades propulsées fabriquées en Corée du Nord, sous 2 000 tonnes de minerai de fer et déclarées «pièces d’assemblage de la pompe sous-marine». «Cette affaire démontre non seulement la manière dont la République populaire démocratique de Corée abroge le drapeau de la commodité, mais aussi la manière dont elle utilise les navires gérés par des ressortissants de pays tiers pour transférer différents types de Biens interdits “, a déclaré le panel.

   Commentaire CRFIM : A titre d’exemple sur EXACT EARTH, parmi les 30 navires émettant AIS battant pavillon Tanzanien dans l’Ouest de l’Océan Indien (zone d’intérêt du CRFIM), 16 naviguent en mer d’Arabie et dans le Golfe d’Arabie effectuant en majorité des liaisons triangulaires entre les Yémen /Somalie et Iran. Il s’agit bien sûr des routes habituelles des activités illégales (armes / stupéfiants / immigration irrégulière) et qui coïncident avec les mouvements de la « flotte tanzanienne ».