https://economictimes.indiatimes.com/news/defence/drug-money-from-pakistan-based-cartel-may-have-funded-terror-attack-in-sri-lanka/articleshow/69050982.cms

Les agences de sécurité indiennes soupçonnent que le récent attentat terroriste au Sri Lanka a été financé par un cartel de la drogue basé au Pakistan. Les trafiquants de drogue basés au Pakistan empruntent la route maritime sri-lankaise depuis sept ans pour exporter de la drogue vers l’Europe après la répression de l’opération des Routes de la drogue en Asie centrale et en Russie. Selon des détectives indiens, des drogues sont embarquées à bord de bateaux et de navires en provenance de Karachi et transférées au Sri Lanka. La contrebande par voie maritime présente moins de risques et la haute mer constitue une voie relativement facile vers le transit ou le pays destinataire, selon une source.
Selon la source, l’argent généré par la vente de drogue a servi à financer des activités terroristes et à encourager les idéologies extrémistes dans l’est du Sri Lanka à la demande de l’Etat Islamique. Le régime de Mahinda Rajapaksa a également fermé les yeux sur les activités du haut-commissariat du Pakistan à Colombo. Les experts en sécurité allèguent que l’appareil de sécurité de Lankan engagé dans une guerre civile avec les Tigres de libération de l’Eelam tamoul a ignoré la montée de l’extrémisme dans la partie orientale du pays. Un réseau d’espionnage démantelé en 2014 à Chennai a découvert qu’il était contrôlé par un diplomate pakistanais ayant des liens avec l’EI. 2 suspects identifiés ont été condamnés dans cette affaire par un tribunal spécial de la NIA en 2018. Selon la NIA, les 2 hommes étaient arrivés à Chennai pour commettre des actes terroristes selon les instructions de leur chef au Haut Commissariat du Pakistan à Colombo, Amir Zubair Siddiqui. Les 2 hommes ont été arrêtés par la police du Tamil Nadu et remis à la NIA. (…) En dehors de l’Inde, le Maroc a également partagé des informations de renseignement pour aider le Sri Lanka à identifier les neuf kamikazes et leurs maîtres appartenant à l’EI, a appris ET. Le Maroc a partagé l’information moins de 48 heures après les attentats avec Colombo et New Delhi. Le Maroc a l’un des records les plus réussis en matière de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation. L’année dernière, le chef du Bureau central des enquêtes judiciaires du Maroc, Abdelhak Khiame, a déclaré que les services de sécurité marocains avaient démantelé 183 cellules terroristes dans le pays qui préparaient 361 projets terroristes dévastateurs. Plus de 3 000 personnes ont été arrêtées par les autorités marocaines au cours de la dernière décennie. L’EI avait revendiqué mardi la responsabilité de l’attentat au Sri Lanka.