[:fr]

Quatrième du genre, l’exercice conjoint d’hier des garde-côtes djiboutiens et japonais s’est déroulé à partir du port de Djibouti jusqu’à l’aéroport international d’Ambouli. Il s’agissait pour ses instigateurs de consolider parc ce biais les liens de coopération entre les équipes de deux institutions et de tester en grandeur nature l’efficacité des dispositifs prévus pour le transfert des pirates dans le cadre de la lutte contre la piraterie maritime. Les garde-côtes djiboutiens et leurs homologues japonais ont effectué hier des manœuvres maritimes. Les deux parties ont mené une simulation de transfert des pirates en grandeur nature. Laquelle avait trait au transfert de deux pirates arrêtés par des militaires japonais et transportés à bord des vaisseaux des forces d’auto-défense du Japon déployées à Djibouti depuis les eaux de la Somalie. Et ce, faut-il préciser, sous bonne escorte des garde-côtes djiboutiens. Quatrième du genre, l’exercice conjoint s’est déroulé à partir du port de Djibouti jusqu’à l’aéroport international d’Ambouli.

Il s’agissait pour ses instigateurs de consolider parc ce biais les liens de coopération  entre les deux institutions et de tester en grandeur nature l’efficacité des dispositifs prévus pour ce genre de cas. Une autre de leur priorité commune vise au renforcement des capacités de coordination entre les actions des garde-côtes djiboutiens et japonais. Et ce, rappelons-le, en plaçant les unités respectives des deux instituions dans des situations réalistes d’arrestation et de transfert des pirates avec le soutien logistique de la flotte aérienne des FADJ, basées à Djibouti. A l’issue de l’exercice conjoint, le vice-amiral Shigeo Akimoto a souligné l’importance que revêt le renforcement de capacités des autorités en charge de la sécurité maritime dans la lutte contre la piraterie au niveau régional. Il a aussi émis le souhait de voir l’exercice contribuer dans cette voie. Il a ensuite réaffirmé la volonté des garde-côtes japonais à travailler étroitement avec les garde- côtes djiboutiens. Dans ce cadre, le Japon apporte un soutien logistique conséquent aux garde-côtes djiboutiens. Lesquels bénéficient régulièrement d’offres de stages de perfectionnement au Pays du soleil levant.

Lien:http://www.lanationdj.com/garde-cotes-djiboutiens-japonais-simulation-conjointe-de-transfert-de-pirates-grandeur-nature/#

[:en]

For the fourth time, the Djibouti and Japanese coastguards done a joint exercise from the port of Djibouti to the international airport of Ambouli. It was to consolidate in this way the links of cooperation between the teams of two institutions and to test in full size the effectiveness of the devices provided for the transfer of pirates in the framework of the fight against maritime piracy. Both sides conducted a simulated transfer of life-size pirates. This was related to the transfer of two pirates arrested by Japanese military personnel and transported on board the Japanese self-defense vessels deployed in Djibouti from the waters of the Somalia. It is necessary to specify that the transfer was under a good escort of the Djiboutian coastguards.

Japanese coastguards

Another of their common priorities is to strengthen coordination capacities between Djiboutian and Japanese coastguard actions. And this, let us remember, by placing the respective units of the two institutions in realistic situations of arrest and transfer of the pirates with the logistic support of the FADJ air fleet, Based in Djibouti.

Link:http://www.lanationdj.com/garde-cotes-djiboutiens-japonais-simulation-conjointe-de-transfert-de-pirates-grandeur-nature/#

[:]